Le time-out

Ces derniers mois, vous avez certainement entendu parlé du "time-out" dans les sujets de parentalité. Nous avons donc à coeur de partager avec vous le travail de Marc-André Cotton qui propose de revoir cette thématique du time-out. Sans être exhaustif, il s'est intéressé au sujet sur une période s’étalant sur quelques 80 années de recherches en sciences du comportement.

Le travail de Marc-André Cotton sur le time-out

"J’ai consulté près d’une centaine d’études qui font clairement apparaitre que les comportementalistes ont un rapport problématique aux enfants. D’abord considérés comme de vulgaires sujets d’expérience à l’instar de petits animaux de laboratoire, ces derniers furent par la suite manipulés par diverses formes de conditionnement, dont le retrait d’attention – le fameux « time-out ».

Un paradigme à revoir

Gardez à l’esprit que pour ces chercheurs, tous les comportements humains sont le résultat de récompenses et de punitions. C’est très réducteur bien sûr, mais ils ne sortent pas de ce paradigme, même dans les études les plus récentes. Les plus anciennes reposent sur des dispositifs qui seraient aujourd’hui considérés comme contraires à l’éthique.

Des interprétations critiquables

Leurs expériences sont rarement conformes aux critères méthodologiques permettant de produire des résultats fiables. Leurs interprétations sont critiquables, notamment parce qu’elles présentent un biais de confirmation problématique : on ne voit que ce que l’on veut voir, en l’occurrence la nature prétendument manipulatrice de l’enfant.

Une démarche manquant de rigueur scientifique

Les chercheurs ont également utilisés des artifices statistiques pour pallier la variabilité et la petite taille des échantillons étudiés et améliorer ainsi artificiellement les résultats. Dans de nombreuses études censées démontrer la validité du « time-out », aucune comparaison avec des approches non-comportementales n’est faite, ce qui disqualifie la démarche sur un plan scientifique.

Des conséquences mal connues

Quant à la nocivité du « time-out », les comportementalistes tournent autour du pot depuis des années. Ils admettent maintenant que la mesure peut effectivement être nocive si elle n’est pas mise en œuvre dans le strict respect des procédures qu’ils ont testées cliniquement. Elle peut aussi agir comme déclencheur et réactiver des traumatismes existants. Dont acte. Mais quel parent retiendra toutes ces contorsions de langage avant d’appliquer à son enfant une mesure d’isolement ?

Pour aller plus loin sur le sujet du time-out

Pour faciliter votre accès aux informations de cet article très dense, vous pouvez accéder facilement aux vingt points dans le lien ci-dessous. Vous pouvez aussi commencer directement par les conclusions. Comme habituellement, toutes les références sont accessibles dans ses notes."

Voici le lien 🔗

Retrouvez nos activités pour apprendre à éduquer autrement 🔗


Parentalité : de la famille idéale à la famille réelle

L'idéal de la famille bisounours face au quotidien des parents

 

En nous engageant dans une parentalité respectueuse des besoins de chacun, il y a pour la grande majorité des parents, l’envie d’être le parent dont nous aurions eu besoin quand nous étions petit. Sauf que derrière ce postulat peut se cacher un idéal d’une famille bisounours dans laquelle :

💚 tout le monde se parlerait avec des mots gentils

💚 chacun ferait attention aux émotions de l’autre tout le temps

💚 la bienveillance serait permanente....

 

Faire face à la réalité

Sauf que la réalité est souvent bien différente et les raisons à cela sont nombreuses. Nous pouvons d’ores et déjà en citer quelques-unes (on vous laisse compléter la liste ! ) :

⚡ Nos rythmes de vie sont trop denses

⚡ Nous ne respectons pas nos besoins physiologiques (dormir assez, bouger régulièrement, respirer un air de qualité, manger une nourriture de qualité en conscience…)

⚡ Nous avons reçu une éducation traditionnelle/répressive/punitive….

Et nos émotions dans tout ça?

En effet sur chacun de ses points il y a bien entendu matière à changement ou à travail sur soi. Dans un premier temps, nous vous proposons d’accepter que le chaos fasse partie de la vie. A partir du moment où il y a cohabitation d’individus différents (ce qui est le cas dans une famille), il y a des ajustements permanents à l’autre. Parfois, cela nous affecte et nous pouvons nous sentir débordé.e.s, voire envahi.e.s.

Prenons un exemple et observons ce qu’il se passe avec la colère. La colère est une émotion, c’est-à-dire un état qui se déclenche suite à un stimuli : peut-être la vue d’une chambre sens dessus dessous alors que vous aviez demandé qu’elle soit rangée ou une attitude agressive d’un de vos enfants envers un autre…

Pour commencer, faites-vous la différence entre « Je suis en colère » et « Je ressens de la colère » ?

L’idée est de ne pas s’identifier à cette émotion mais de la percevoir comme une vague qui nous traverse. La colère monte, nous met en tension, puis se relâche jusqu’à disparaître. Nos émotions sont très utiles, elles nous transmettent une ou des information.s qui nous guident et vont nous permettre de prendre des décisions.

Quand cette vague nous traverse, quand tout notre corps se met en état de tension, notre colère parle alors de nous. Cela peut évoquer un besoin qui n’est pas comblé, une blessure d’enfant non guérie…. Selon notre personnalité, notre culture, notre histoire et notre éducation, il est possible que la décharge ne soit pas constructive pour nous et les gens qui nous entourent.

Passons à l'action

1️⃣- Je prends le temps de laisser passer la vague et de revenir à un état de calme intérieur. J’identifie le facteur et l’élément déclencheur qui sont bien deux choses différentes. Par exemple quand j'explose pour une verre d'eau renversé par mon enfant, l'élément déclencheur est le verre renversé mais le facteur est peut-être ma grande fatigue. Ensuite je repère en conscience ce qu’il se passe dans mon corps. A ce moment-là je suis en état de stress et ce n’est pas le moment d’agir mais plutôt le moment de faire une pause. Par exemple, commencer par une respiration régulière peut m’aider ou crier dans un coussin

2️⃣- J’accepte que l’erreur fasse partie de la vie, je ne suis pas un robot et parfois je suis débordé.e. Plutôt que de m’autoflageller, la priorité est maintenant de retisser les liens avec mon enfant. C'est le moment où je peux aller m’excuser et le rassurer sur l’amour que je lui porte. Lui proposer une autre façon de dire les choses calmement. C’est aussi l’occasion d’être modélisant, mon enfant a besoin d’un modèle pour vivre lui aussi avec ses émotions.

3️⃣- Je deviens un parent chercheur, pour apprendre de mes expériences. Je peux me rappeler que ce sont bien des expériences et non des échecs ! De cette situation je découvre comment transformer les choses la fois suivante. Nous aimons la citation d'Einstein « La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent ». Effectivement, une fois sorti.e de la situation de crise je peux repenser les choses et activer mon mode « Recherche de solution ». Je peux même y associer mon enfant, me laisser surprendre et faire preuve de créativité !

Le soutien parental, une clé pour avancer!

Nous le répétons très régulièrement : la bienveillance commence par nous-même. Je ne peux pas donner quelque chose que je ne reçois pas, ou alors pas longtemps car mes réserves ne sont pas inépuisables. Alors profitons de cet instant pour regarder nos émotions avec gratitude, grâce à elles je grandis et je me répare.

Le soutien entre parents est une base essentielle pour faire grandir la relation à nos enfants et vivre une parentalité épanouie. Au quotidien nous nous engageons à vos côtés pour faire de vos imperfections une force créatrice de liens ! Découvrez nos ateliers comme le cycle Vivre et Grandir ensemble ou Accueil des émotions ou pour une expérience sur-mesure le coaching parental.


Ressources autour des apprentissages

Accompagner les apprentissages dans le jeu et la bonne humeur

En fonction de notre vécu et de nos expériences dans ce domaine,  nous pouvons éprouver différents ressentis dans l'accompagnement des apprentissages de nos enfants : plaisir, curiosité, stress, frustration, impuissance... Les dernières connaissances en neurosciences nous amènent à réfléchir notre posture. Lorsque nous souhaitons faire différemment, cela nous demande de l'énergie. Pour vous accompagner à prendre du recul, à changer de regard et à vous outiller, nous avons eu l'envie de vous partager quelques ressources (non exhaustives) :

 

📕 Livres : 

“Apprendre autrement avec la pédagogie positive” d'Audrey Akoun et Isabelle Pailleau

"Les apprentissages autonomes" de John Holt

"100 jeux pour aider son enfant en difficulté d'apprentissage" pour les enfants de 6 à 12 ans qui présentent un ou des troubles des apprentissages (Dys), troubles moteurs, un trouble du déficit de l’attention avec/sans hyperactivité (TDAH), des troubles émotionnels voire même un trouble du spectre autistique (TSA).

"Heureux d'apprendre à l'école" de Catherine Guegen

"1, 2, 3, les devoirs ne sont plus un cauchemar : ni pour les enfants, ni pour les parents..." de Véronique Maciejak

"Brain gym : Bouger pour apprendre" de Francine Driès

"Les lois naturelles de l'enfant" de Céline Alvarez"Parler pour que les enfants apprennent" d'Adele Faber et Elaine Mazlish

"Apprends moi à faire seul" de Charlotte Poussin

 

🎧 Podcasts :

La matrescence

Épisode 141 – La classe autonome : une des meilleures profs du monde développe sa pédagogie révolutionnaire ici

Épisode 140 – Pourquoi le jeu est primordial dans l’apprentissage ? ici

Les Montessouricettes

Episode 167 : Les 6 périodes sensibles Montessori .... et les autres ici

Episode 62 : L'enfant est un scientifique ici

Ensemble naturellement

Episode 2 : Les devoirs ne sont plus un cauchemar ici

 

🛠️Outils :

Méthode Multimalin pour les tables de multiplication, l'orthographe et la conjugaison

Les Alphas pour la lecture

Mes cartes mentales (coffret pour différentes matières)

 

🎯Comptes Instagram :

les_petits_ecolos ici

latelierdelorthophoniste ici

seveillernaturellement ici

solineseveiller ici

 

Pour aller plus loin dans votre cheminement, pour mettre de la conscience dans la relation, pour expérimenter autrement le processus d'apprentisssage, retrouvez-nous en coaching et/ou en session Vivre et Grandir Ensemble !


L'art de questionner un enfant

Avec l'arrivée de la rentrée scolaire, beaucoup d'entre nous vont se demander comment vont nos enfants et ce qu'ils font de leur journée.

Nous pouvons avoir envie de poser cette fameuse question  : "As-tu passé une bonne journée ?", question qui pourrait donner l'impression à l'enfant de décevoir son parent en répondant par la négative.

Ou d'autres préfèrent la fomulation : "Comment s'est passée ta journée ?"
A la suite de cette question, vous avez ou vous allez certainement expérimenter une réponse du type "bien"/"pas bien" voire "je ne sais pas".

Il est intéressant de s'interroger sur ce vous ressentez face à ce type de réponse : de la frustration ? de l'inquiétude ? de l'agacement ? de la sérénité ? de la curiosité ?
Il peut effectivement être difficile d'accepter que nos enfants ne veuillent pas toujours partager les détails de leur vie. Dans le même temps, il est important de l'accepter et de prendre en compte que l'enfant EST et VIT dans l'instant présent. Pour se raconter, il aura parfois besoin d'un élément pour raviver le souvenir.

De la même façon au moment T, prenez le temps de ressentir votre capacité à pleinement écouter la réponse :
- Suis-je prêt.e à entendre que la journée a pu être difficile pour mon enfant ?
- Ai-je besoin d'une transition entre mon travail et la récupération des enfants ?
- Ai-je du temps et de la disponibilité pour lui ?

Gardons en tête que cette question peut aussi être une question dite par habitude, dans le même style que "ça va ?"lorsque l'on salue une personne.

Après ce petit moment d'introspection, nous pouvons utiliser des stratégies pour encourager la communication. Voici quelques pistes pour lancer une invitation à raconter sa journée (et non pour attendre et exiger !) :
- donner l'exemple en racontant notre journée
- accueillir les sentiments au lieu de questionner "On dirait que tu as eu une journée difficile"
- partager notre ressenti et éviter les questions : "Je suis content.e de te retrouver"
- utiliser le jeu "une vérité et un mensonge" (chacun raconte une histoire vraie et une fausse de sa journée. Les auditeurs doivent deviner quelle est la vraie)
- utiliser le jeu le top/flop (chacun raconte son meilleur moment et le moment le plus désagréable de sa journée)
- lui laisser la responsabilité du moment "Quand tu seras prêt.e", "Quand tu en auras envie"...Les enfants ont parfois besoin d'assouvir d'autres besoins (par exemple goûter, se défouler, jouer...) avant de revenir sur leur journée
- se rendre disponible en limitant les distractions comme le téléphone
- poser des questions ouvertes "Raconte-moi ce que tu as mangé à la cantine", "A quoi as-tu joué à la récréation ?"
- proposer un temps de massage au moment du coucher, car le toucher peut favoriser les échanges privilégiés.

N'oublions pas que nous ne pourrons pas tout savoir et qu'il suffit parfois juste d'observer nos enfants, de les regarder jouer pour avoir accès à leur univers !


La violence éducative est-elle naturelle ?

A l'occasion de la Journée de la Non Violence Educative du 30 avril, nous avions l'envie de répondre à cette question :

La violence éducative est-elle naturelle ?

Parce que les chattes donnent parfois des coups de patte à leurs chatons, certains en concluent que le fait de frapper les enfants est naturel (ce qui est déjà différent que de prendre un objet pour taper). En réalité, le coup de patte lui-même n'est pas en usage chez les animaux les plus proches de nous. Ainsi, chez les bonobos, espèce de singes considérés comme les plus proches de l'homme, les mères ne « punissent » pas leurs rejetons. Elles les éloignent simplement d'un danger éventuel. Elles ignorent également le geste de frapper du plat de la main. Si certaines femelles maltraitent leurs petits, plutôt en les négligeant qu'en les malmenant, c'est apparemment, presque toujours, parce qu'elles ont été elles-mêmes abandonnées ou négligées dans leur jeune âge. Le seul cas où les mères interviennent violemment contre leurs propres petits, c'est lorsque ceux-ci, devenus adolescents, presque adultes, importunent leurs frères plus jeunes.

Frapper les enfants n'a donc probablement rien d'instinctif. C'est un comportement humain, culturel, acquis par imitation.

On peut donc supposer que, tant que notre comportement a été assez proche de celui des grands singes, nous n’avons pas plus malmené nos petits que ne le font les bonobos. Mais plus les sociétés humaines ont évolué et ont adopté des comportements éloignés de leurs comportements innés (peut-être en particulier au moment du passage à l'agriculture), plus les hommes ont dû être amenés à imposer des contraintes aux enfants, voire des épreuves douloureuses (rites d'initiation cruels, rites sacrificiels) auxquelles les comportements biologiquement programmés ne les préparaient évidemment pas. Les parents ont dû employer la force et la violence pour faire céder la résistance des enfants.
ll est possible aussi que le passage à la sédentarisation et à l'agriculture ait rapproché considérablement les naissances, les bouillies de céréales et le lait d'animaux domestiqués permettant des sevrages précoces.
Alors qu'on suppose que les naissances chez les préhominiens et les premiers hommes devaient être espacées d'au moins quatre ou cinq ans, elles ont pu ne plus être distantes que de deux ou trois ans dans les sociétés sédentarisées. Ce changement de rythme a pu rendre agressive l'attitude des premiers-nés, encore très dépendants de leur mère, à l'égard des nouveau-nés qui l'accaparaient. D'un autre côté, l'hormone de l'allaitement, la prolactine, a pour effet secondaire de rendre les mères extrêmement sensibles à la moindre agression contre leur nourrisson. Il n'est pas impossible que ce réflexe de défense répondant à toute manifestation de jalousie des aînés soit devenu un usage considéré comme nécessaire pour l'éducation. Dans un second temps, les enfants qui avaient subi ce traitement ont pu le répéter par simple compulsion de répétition sur leurs propres enfants. Le cycle de la violence "éducative" se trouvait ainsi programmé de façon comportementale, dans le cerveau même de tout enfant qui en avait été victime. Puis ce comportement a été théorisé sous forme de proverbes qui ont traversé les siècles et les millénaires. La violence éducative devenait ainsi partie intégrante de la culture.

La violence se transmet donc en cascade des parents aux enfants, de génération en génération, et cela peut durer encore très longtemps. Dans un pays comme la France, il a fallu environ un siècle et demi à deux siècles pour que le seuil de tolérance à la violence éducative s'abaisse de la bastonnade à la gifle et à la fessée.
Nous avançons, car la France a été le le 56e pays a adopté la “loi anti-fessée” le 2 juillet 2019 qui indique désormais que «L’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques».
Effectivement, c’est un sacré changement qui peut être difficile à mettre en place au sein de la famille car nous avons vu que l’éducation traditionnelle est inscrite profondément en nous. Nous avons donc à coeur de vous accompagner sur ce sujet en coaching parental et en atelier pour que vous puissiez y trouver des clés, des pistes de réflexion et des outils à ramener chez vous. Vous trouverez déjà des premières pistes en cliquant ici. 


Les bénéfices de la nature et idées d'activités

Aujourd’hui, quatre enfants sur dix (de 3 à 10 ans) ne jouent jamais dehors pendant la semaine, selon un rapport publié en 2015 par l’Institut de veille sanitaire (INVS). Et les petits Franciliens sortent encore moins. « Le jeu en plein air a été éliminé de l’emploi du temps des enfants », résume Julie Delalande, anthropologue de l’enfance.

Pourtant, le jeu physique libre en extérieur est un type de jeu qui favorise un développement sensorimoteur sain chez l'enfant.
Plongés en pleine nature, les enfants apprennent à prendre des risques, à surmonter leurs peurs, à se faire éventuellement de nouveaux amis, à réguler leurs émotions, à créer des mondes imaginaires et cela booste leur système immunitaire.

Dans notre vie bien remplie avec un agenda bien chargé, offrons-nous chaque jour à la fois du temps et de l'espace aux enfants pour qu'ils s'amusent dehors ?
Est-ce que mon enfant a des temps pour jouer librement en extérieur en dehors de ses activités extrascolaires ?

Bien sûr, un sport apporte beaucoup aux enfants : responsabilité, esprit d'équipe, persévéranve, endurance...
En revanche, quand il est à l'initiative du jeu et sans supervision, l'enfant peut penser, bouger et créer en sollicitant à la fois son corps et son esprit. Les neurones carburent alors à plein régime tandis que les enfants explorent leur environnement, pleinement vivants.

🌸🌸🌸

Voici quelques exemples d'activités en extérieur pour éveiller les sens :
- marcher pieds nus
- cueillir des fruits ou des baies
- jardiner
- interagir avec des animaux
- grimper aux arbres
- faire des cabanes
- pratiquer le landart
- cuisiner au feu de bois
- proposer des immersions en famille dans la nature : sortie en forêt, randonnées en montagne, camping...

🌸🌸🌸

Bien sûr, l'extérieur peut réveiller nos insécurités (avoir peur que l'enfant se blesse et/ou ne soit plus dans notre champ de vision par exemple) et dans le même temps, c'est aussi une façon de limiter le temps d'écran et de sensibiliser les enfants au vivant.

En effet de façon générale, pour protéger, il faut connaître. Pour agir, il faut se connecter.

Les bénéfices du jeu en extérieur profitent donc aux enfants à la fois à leur domicile et à l'école.
Ainsi, gardons en tête que nous ne sommes pas obligés d'organiser l'activité des enfants. Se mettre en retrait et leur accorder du temps de jeu libre participe clairement à leur développement. Ils créeront spontanèment leurs jeux et se mettront en mouvement selon leurs besoins. Ils vous solliciteront peut-être d'ailleurs pour prendre un rôle : Que diriez-vous de déguster un délicieux hamburger de terre, accompagné de sa salade de feuilles ?

Enfin, ce qui est valable pour les enfants l'est aussi pour nous adultes ! Les bienfaits de la nature ne sont plus à démontrer et il existe clairement un impact sur la régulation de notre système nerveux, profitons-en aussi !


Des idées à mettre sous le sapin

🎄 La fin de l'année approche et suite à plusieurs demandes, nous allons te partager des ressources, qui pourront même servir d'idées cadeaux 🎁 :  

👶🏼Pour les parents de petits :

"Le sommeil du jeune enfant" et "Le manuel de survie des parents" d'Héloïse Junier
"La parentalité créative - Guide dessiné" de Catherine Dumonteil-Kremer 
"Petites et grandes questions pour une enfance heureuse" de Catherine Gueguen 

👦🏽👧🏻 A lire avec ton enfant :

"Entre toi et moi" de Catherine Gueguen
"Qu'est-ce qui rend heureux ?" de Marie-Agnès Gaudrat et Carme Solé Vendrell
"L'enfant, la taupe, le renard et le cheval" de Charlie Mackesy (existe en 2 versions)
"Le sais-tu ? Que tu ne dois pas tout savoir" de Mylen Vigneault
"Tu es comme tu es" d'Olivier Clerc
"Aurèle et le réservoir d'amour" de Soline Bourdeverre-Veyssière
"Les gens sont beaux" de Baptiste Beaulieu 

🧑🏾Pour les parents d'ados :

'"On ne se comprend plus !" d'Isabelle Filliozat 
"L'adolescence autrement" de Catherine Dumonteil-Kremer 

🏡Pour les thématiques de la vie quotidienne :

La collection "Les petites histoires Filliozat" : jalousie, colère, confiance, séparation des parents...
"Comment parler quand les enfants n'écoutent pas" de Joanna Faber et Julie King
"Chasseur, cueilleur, parent" de Michaeleen Doucleff
"Et si on changeait d'angle" de Fanny Vella (à offrir largement autour de vous, pourquoi pas aux grands-parents !)
"Jouons ensemble autrement" de Catherine Dumonteil-Kremer  

💪 En développement personnel :

"Cessez d'être gentil, soyez vrai!", version illustrée de Thomas D'Ansembourg
"Les quatre accords toltèques transmis à mon enfant" de Mélissa Monier et Olivier Clerc
"Il n'y a pas de parent parfait" d'Isabelle Filliozat
La collection de BD "Le jour où" de Beka (le plus dur c'est de s'arrêter !) 

Et pour finir un jeu collaboratif 🪄 qui a pour objectif principal de remplir le réservoir émotionnel de tout le monde dans la joie et la bonne humeur :"Zou les boulons" édité par Les boites de Comm'


Les ressources de la Parentalité Créative

Le Réseau Parentalité Créative dont je suis membre et PEPS Magazine offre de nombreuses ressources aux parents pour les accompagner. Je vous les ai regroupé dans cet article.

N’hésitez pas à partager le lien de l’article aussi largement que possible autour de vous. Nous avons une responsabilité collective dans le soutien parental. Notre espèce humaine s’est développé pendant des millénaires en groupe et ce n’est qua très récemment que nous nous sommes retrouvés aussi isolés autour de nos enfants. Alors ensemble recréons ce groupe dont nous avons tant besoin.

Un réseau de soutien

Hotline SOS Parentalité

Une ligne d’écoute téléphonique : 09 86 87 32 62 pour tous les parents, les grands-parents, les professionnels qui ont besoin de relâcher la pression. L’appel est confidentiel, anonyme et non surtaxé). Chaque personne est accueillie sans jugement par des consultantes du Réseau Parentalité Créative pour 15min par appel.

La hotline est soutenue par le Ministère des Solidarité et de la Santé.

Groupe de soutien à la parentalité créé par Catherine Dumonteil Kremer le 13 mars 2020 à l’occasion du confinement. Il est animé par les consultant.e.s de son réseau Parentalité Créative. Les échanges pour une éducation sans violence éducative sont encouragés et soutenus par des professionnels formés. Toutes les infos du réseau Parentalité Créative sont publiées sur ce groupe : formation pour les parents, les professionnels de la petite enfance, et les enseignants, formations en ligne, vous seront régulièrement proposées. Des Facebook live auront lieu régulièrement toute l’année !

Des lectures

La brochure sans fessée comment faire ?

Il est possible de se procurer auprès de Sophie un ou plusieurs exemplaires en version papier pour vous-même ou encore mieux pour offrir à vos proches..

Le kit anti-pétage de plomb

Une brochure qui reprend tous les anti-pétages de plomb publiés dans PEPS ainsi que son dossier sur le thème « Punitions-Récompenses, la valse de la manipulation ».

15 stratégies testées et approuvés par les parents lecteurs de PEPS.

Le kit Je suis en colère

Un essentiel à glisser dans le sac à main. Édité par PEPS et Parentalité Créative dans le cadre de la Journée de la Non Violence Educative

Le numéro 3 du magazine PEPS

Exceptionnel, un numéro complet, spécial pose de limite créative et respectueuse, en téléchargement gratuit !

Dossier : Le corps, siège de la violence ordinaire
Numéro spécial non-violence éducative
– L’art du lâcher-prise avec Alexandre Jollien
– Sans fessées ni punitions en dix approches pratiques
– Accompagner les émotions de nos enfants
– L’obéissance en question

L’occasion de découvrir le magazine avant de s’abonner.

Des vidéos

Des vidéos financées par le gouvernement dans la cadre d'une campagne de prévention des violences éducatives

Les conférences illustrées de Catherine Dumonteil-Kremer et Lise Desportes